La vie sous toutes les coutures - Page 3

Partagez | .
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Paige A. B. S. Baudelaire
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Dreams can come true
I can't believe you're here
Messages : 330
Date d'inscription : 13/11/2013
Dreams can come trueI can't believe you're here ♥
Voir le profil de l'utilisateurhttp://takeyourpower.forumgratuit.be
le petit mot doux de Paige A. B. S. Baudelaire qui mange un cookie le Jeu 5 Déc - 4:36 ► réponds-lui !

Paige A. B. Baudelaire a écrit:
L’alcool, un vice dont je pense nous pourrions nous passer, je riais nerveusement en l’entendant dire être ivre. Dans un sens, je le sentais mais ce n’était pas ce qui me préoccupait le plus en quelques sortes. La main sur sa joue, je pouvais sentir la chaleur de sa peau alors qu’il finissait par prendre ma main, me laissant un peu de marbre, ignorant ce qu’il allait faire. Une petite peur en moi se décelait mais je ne saurais dire si j’avais peur qu’il ne me blesse ou au contraire. Et je le vis s’occuper de son visage, refermant le peu de plaie qu’il restait, l’écoutant alors même me proposer des vêtements secs. Je souriais doucement. « Vous savez, je flotterais dans vos habits ! », lui disais-je en lui offrant un léger sourire, caressant légèrement sa main. « Reposez-vous, c’est le plus important ! », disais-je en regardant son lit avant de me lever et garder sa main pour l’aider à faire de même. « Vous seriez mieux dans un lit. », disais-je alors en le regardant attentivement, ses blessures, j’en avais manquée sur ses épaules. Grimaçant doucement. « N’utilisez pas vos pouvoirs, vous êtes trop faibles. Ça arrive, ça m’arrive aussi. Je sais qu’on se sent impuissant mais il ne faut pas oublier que nous sommes autant humain et mortel qu’un autre, nous ne sommes pas des puits d’énergie ! », lui disais-je en regardant à droite et à gauche dans la pièce avant de le guider vers son lit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
à la classe New Yorkaise apparement
Invité
le petit mot doux de Invité qui mange un cookie le Jeu 5 Déc - 4:53 ► réponds-lui !

Duncan a écrit:
Un rire s'échappa de ma gorge, et cela malgré la douleur que je ressentais en cet instant. L'imaginer porté mes vêtements était quelque chose d'assez loufoque, mais ce n'est pas à mes vêtements que je pensais en disant cela. Je fermais mes yeux en sentant sa caresse sur ma main, comment pouvait-elle être si insupportable et parfois si attachante ? Je crois que si elle n'était pas un peu des deux, je n'aurais pas perdu le contrôle lors de ce bal. Me relevant avec son aide, je lui portais un regard. « Ce ne sont pas de mes vêtements dont je parle, mais cousines font à peu près votre taille. Si vous alliez les voir, je suis certains que l'une d'elle vous prêtera tout ce dont vous avez besoin. », dis-je dans un souffle rapide. Elle avait raison, mais c'était la première fois que je me sentais aussi faible, de corps comme d'esprit. Je m'étendis dans mon lit, regardant le plafond tout en soupirant. Si une de mes cousines me trouvaient dans cet état, elle aurait tôt fait de rire de moi. Étant le seul homme de la maisonnée depuis quelque années maintenant, j'avais droit à bien des commentaires face à mes agissements et surtout mes petits plaisir nocturne. Je la regardais, ses longs cheveux ondulants autour de son visage. « Vous devriez vous changée, je n'aimerais pas me sentir coupable si vous tombiez malade. Après tout je ne sais pas guérir les maladies, ce qui est bien dommage.»
Revenir en haut Aller en bas
Paige A. B. S. Baudelaire
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Dreams can come true
I can't believe you're here
Messages : 330
Date d'inscription : 13/11/2013
Dreams can come trueI can't believe you're here ♥
Voir le profil de l'utilisateurhttp://takeyourpower.forumgratuit.be
le petit mot doux de Paige A. B. S. Baudelaire qui mange un cookie le Jeu 5 Déc - 5:40 ► réponds-lui !

Paige A. B. Baudelaire a écrit:
C’était assez troublant, cet homme que j’aidais était faible, totalement. Alors que je voulais à tout prix qu’il se repose, il pensait surtout à ce que je sois réchauffée, je souriais doucement l’entendant encore dire de me changer après avoir supposé que ses cousines pourraient me prêter de quoi me changer. Je souriais doucement. [color=#674887]« Ça va ! », disais-je un peu convaincant en le regardant. « Ça ne serait pas la première fois que je serais trempée. Je peux gérer ! J’ai pris la décision de venir sous la pluie, je suis la seule coupable… », je souriais doucement en me posant au bord du lit et le regardant. « Que se passe-t-il avec vos pouvoirs ? Vous ne semblez plus les contrôler enfin je ne sais pas mais… cette porte ! », je riais nerveusement. « Le lustre ! », rajoutais-je en le regardant, prenant un peu de crème encore pour m’occuper des blessures restante, le regardant dans les yeux. « Je pense que je les ai à peu près tous soignée, il faudra attendre mais attendez… vous êtes épuisés. Je ne bougerais pas tant qu’elles n’auront pas disparues, ne pensez même pas les guérir… », disais-je d’un ton presque autoritaire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
à la classe New Yorkaise apparement
Invité
le petit mot doux de Invité qui mange un cookie le Jeu 5 Déc - 5:55 ► réponds-lui !

Duncan a écrit:
Le fait que je lui demande de se changé était un prétexte en soit, même s'il était vrai que je ne désirais pas la voir tomber malade. Depuis quand me souciais-je des femmes ? En fait j'avais besoin d'être surtout seul, pensé à tout ceci. Je ne croyais jamais la revoir. Et pourtant là voilà assise sur mon lit à soignée mes plaies. J'avais besoin de réfléchir, de penser à tout ceci. Je restais donc un long moment silencieux. Puis je tournais la tête, un peu comme un chien qui ne désirait pas être gronder. Je poussais un soupire, j'aurais voulu lui faire dos, mais le simple fait de bouger me faisait mal dans tout le corps. « En fait je ne contrôle pas très bien ce pouvoir, je sais le manier, mais quand les émotions s'en mêle disons que je perds le contrôle. », dis-je avec découragement. Puis je réalisais que j'avais trop parler. Oui, je venais de dire pourquoi le lustre avait prit cette forme. Fronçant les sourcils j'ajoutais. « Pour le lustre je n'ai pas la moindre idée de ce qui s'est passé. » Je me retournais et la regardais. Je restais silencieux. Prenant un coin de la couverte, j'allais essuyer ses doigts retirant le plus de crème que je le pouvais. « Pourquoi tout ceci vous obsède tant ? Je croyais après cette soirée que plus jamais nous nous reverrions. Alors pourquoi ? Ne me dites pas que vous êtes seulement venu pour me parler de ce lustre. », dis-je avec le plus grand des sérieux.
Revenir en haut Aller en bas
Paige A. B. S. Baudelaire
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Dreams can come true
I can't believe you're here
Messages : 330
Date d'inscription : 13/11/2013
Dreams can come trueI can't believe you're here ♥
Voir le profil de l'utilisateurhttp://takeyourpower.forumgratuit.be
le petit mot doux de Paige A. B. S. Baudelaire qui mange un cookie le Jeu 5 Déc - 6:36 ► réponds-lui !

Paige A. B. Baudelaire a écrit:
La curiosité, l’intrigue… une chose que je contrôlais tellement peu mais j’avais tellement besoin de savoir ce qui s’était passé que je ne suivais que mon instinct pourtant pendant plusieurs minutes, je les avais oublié en pansant en quelques sortes ses blessures. Je ne pouvais cependant pas m’empêcher de remettre les questions sur le terrain alors que le silence s’installa, il détournait même son regard. L’écoutant alors dire ne pas contrôler ses émotions me fit sourire. « Cette porte vous rendais émotif ? », demandais sur le coup mais ignorant le fait qu’il n’en avait pas la moindre idée pour le lustre car j’avais du mal à le croire à la réaction qu’il avait. C’est alors qu’il essuyait mes doigts que je l’écoutais me poser ces questions. J’haussais les épaules en gardant aussi mon sérieux. « Vous me faites peur, c’est vrai que j’aurais pu ne jamais vouloir voir revoir mais pourtant je ne sais pas ce qui me fait le plus peur… ne plus jamais vous revoir pour ne pas céder à tout ce que votre simple présence m’inspire ou au fait que vous pouvez être incontrôlable ou me blesser ! », disais-je en le regardant. « Mais je voulais simplement savoir pourquoi… car bien au contraire, je fais toujours passer les gens avant moi, au point d’en oublier les peurs… Je me sentais bizarre, inquiète… », je riais nerveusement en le regardant. « Même moi, j’ignore pourquoi car vous êtes un grand garçon apparemment, vous vous débrouillé bien avec l’alcool et les catins ! », je souriais. « Et les portes maléfiques aussi ! Vous n'avez pas vraiment besoin de moi. », je tentais de rester sérieuse en plus mais j’étais moi-même tellement peureuse que je ne voulais pas l’être totalement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
à la classe New Yorkaise apparement
Invité
le petit mot doux de Invité qui mange un cookie le Jeu 5 Déc - 6:52 ► réponds-lui !

Duncan a écrit:
La peur voilà quelque chose qui malgré tout mes faits et gestes, je me demande encore ce que c'est réellement. Pourquoi avons nous peur ? Je n'en savais pas plus que tout le reste du monde, mais comme eux je la ressentais, surtout en ce moment. Elle assise sur mon lit, ce n'est pas d'elle dont j'ai le plus peur, mais de moi, ce qu'elle m'inspire et qui je le crains causera très certainement ma perte. Je me souviens encore de ma grand-mère qui m'avait prit les mains étant plus jeune et m'avais révélé quelque chose que je n'aurais sûrement dut jamais savoir. « Pour la porte, disons que je n'étais pas vraiment réveiller et je n'ai absolument pas contrôler ce geste. », dis-je avec un demi sourire. Puis tel l'enfant qui veux attendrir l'animal sauvage, je portais ma main jusqu'à sa joue. « Je ne suis pas si grand que cela j'en ai seulement l'air. Mais j'aimerais être capable de guérir vos peurs. Pourtant j'en suis incapable et ça me désole. Pourquoi vivre avec des peurs, je n'ai jamais compris cela. Avant d'avoir peur ne devrions-nous pas essayer ? », dis-je en ne sachant pas si je devais coller ma peau contre la sienne. Je ne pouvais qu'attendre, avoir son accord pour la toucher, ce qu'elle avait toujours exigé lors de notre première rencontre. Il est vrai que cette fois nous étions différent, j'étais rustre et elle beaucoup plus douce, car cette fois je n'avais pas encore danser. « Si je vous disais que vous m'inspirez autant de crainte que je vous en inspire me croiriez-vous ? Car même si je ne fais rien ou n'en laisse rien paraître j'ai peur de succombé à votre charme de jeune damoiselle quelque peu farouche. », dis-je tout en agrémentant mes paroles d'un sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Paige A. B. S. Baudelaire
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Dreams can come true
I can't believe you're here
Messages : 330
Date d'inscription : 13/11/2013
Dreams can come trueI can't believe you're here ♥
Voir le profil de l'utilisateurhttp://takeyourpower.forumgratuit.be
le petit mot doux de Paige A. B. S. Baudelaire qui mange un cookie le Jeu 5 Déc - 7:21 ► réponds-lui !

Paige A. B. Baudelaire a écrit:
Mon regard s’égarant alors qu’il posait une main sur ma joue, c’était effrayant, oui car j’aurais pu vouloir le faire valser pour ce simple geste mais non, je n’en avais même pas envie. C’était troublant pour moi, c’était comme si je voulais ce toucher. Alors que je finissais par le regarder, l’écoutant parler des peurs et vouloir me guérir, j’haussais les épaules, me retenant aussi de dire qu’il me guérissait mais il devait l’ignorer sans nul doute. Je le regardais sans broncher, il avait raison pourquoi ne pas essayer ? Je l’ignorais simplement, ne le quittant pas du regard, buvant ses mots comme s’il me chantait une chanson qui n’avait rien qu’une mélodie. « La peur rend humain… succomber aussi est humain. Le désir… l’amour, l’envie, la peur, la raison… tout cela nous rendes humains et nous empêches d’aller du côté des méchants. », disais-je en détournant mon regard et posant ma main sur celle qu’il avait sur ma joue, l’en retirant avant de le regarder à nouveau. « Si je ne vainquais pas mes peurs, je ne serais pas là ! », disais-je en le regardant dans les yeux. « Elles sont là mais elles ne m’empêchent pas d’avancer… », rajoutais-je en riant nerveusement. « Mais vous devez vous reposer… c’est plus sain ! », disais-je en me levant et approchant de la fenêtre. J’étais prête à vaincre mes peurs mais était-il prêt ? Je l’ignorais.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
à la classe New Yorkaise apparement
Invité
le petit mot doux de Invité qui mange un cookie le Jeu 5 Déc - 7:40 ► réponds-lui !

Duncan a écrit:
Ne bougeant pas, je l'écoutais parler, être humain voilà quelque chose à la quel je n'avais jamais penser. Après tout on m'avais toujours dit que nous n'étions en rien de vulgaire humain, au contraire nous valions beaucoup plus qu'eux. Je n'avais jamais su quoi en penser car après tout j'apprenais ce qu'on voulait bien m'apprendre et en dehors de ça je ne m'intéressais qu'à ce qui entourait notre famille. Être humain était pour moi quelque chose d'inaccessible. Je lui souris tout de même et sembla déçu en la voyant s'éloigner. Poussant un sourire lasse et fatigué, je fermais mes yeux pour dormir un peu, gagner des forces et surtout pour mieux guérir. En fermant les yeux, un halo de lumière s'échappa de mon corps. Comme un bouclier de protection, je n'en avais jamais eu connaissance, mais j'avais déjà entendu ma mère en parler après que j'aille fait une chute en bas d'un arbre. J'ignore toute l'intensité de mes pouvoirs même encore aujourd'hui. Plus la lumière brillait et plus je m'enfonçais dans le monde des rêves. Je n'entendais même plus mes cousines qui arrivaient dans la chambre inquiète de me voir ainsi ou bien ma tante qui faisait les cents pas. J'ignorais même si ma petite sage femme était partie ou elle avait préféré rester. Je sentis une douleur à mon thorax comme si quelqu'un c'était assis dessus, un rire plutôt mauvais et je me réveillais en sursaut couvert de sueur et l'halo c'était entièrement dissiper tout comme mes blessures.
Revenir en haut Aller en bas
Paige A. B. S. Baudelaire
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Dreams can come true
I can't believe you're here
Messages : 330
Date d'inscription : 13/11/2013
Dreams can come trueI can't believe you're here ♥
Voir le profil de l'utilisateurhttp://takeyourpower.forumgratuit.be
le petit mot doux de Paige A. B. S. Baudelaire qui mange un cookie le Jeu 5 Déc - 7:56 ► réponds-lui !

Paige A. B. Baudelaire a écrit:
Tout semblait tellement vide dans la nuit alors que je regardais par la fenêtre, sagement, un mot qui m’allait bien. J’inspirais doucement, fermant les yeux en regardant autour de moi mais sursautant alors que je voyais ce qu’il se passait. Il fallut peu de temps avant que tout le monde ne rentre dans la pièce, me regardant avec intensité. Les regards presque accusateurs. Je levais les mains en secouant la tête. « Je n’y suis pour rien, je suis autant surprise que vous ! », disais-je pour me défendre alors que je baissais le regard, il fallait sans aucuns doutes que je parte avant qu’elle ne décide de s’assurer que je n’y sois vraiment pour rien. J’inspirais doucement en regardant le sol, me baissant pour récupérer ma cape mais regardant vers cet homme allongé qui était guéri. J’inspirais doucement, ne sachant que faire. Je regardais les jeunes femmes en approchant, laissant de côté mes peurs le temps d’approcher et voler simplement un baiser furtif aux lèvres de cet homme mais pourquoi ? Je l’ignorais tellement, cela me semblait plus simple. Allant chuchoter à son oreille, je souriais. « Ça c’était effrayant ! Je suis désolée, vous saurez me retrouver. », soufflais-je en ignorant si j’y étais pour quelque chose mais je me sentais un peu responsable car si je n’étais pas venue frapper à sa porte, il ne serait pas là. Je m’apprêtais à partir sous le regard de sa famille.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
à la classe New Yorkaise apparement
Invité
le petit mot doux de Invité qui mange un cookie le Jeu 5 Déc - 15:52 ► réponds-lui !

Duncan a écrit:
Il y a des jours comme ça où il vaut mieux rester coucher et bien je crois qu'aujourd'hui fait partit de l'un d'eux. Mes rêves avaient été sombres sans réellement être quelque chose de précis, enfin je ne me rappel surtout de rien. Me redressant j'agrippais la première chose que ma main touchait. Ma main était moite, mes doigts serreraient plus que je le voulais le bras de celle qui m'avais soigné. Haletant, j'essayais de reprendre mon souffle. J'entendais a peine la voix de ma tante qui me criait après, pour dire j'étais tellement donner que je n'avais même pas remarquer qu'elles étaient toutes dans ma chambre et que mes plaies avaient totalement disparues. Je relevais le regard vers celle a qui je m'agrippais comme si ma vie en dépendait. « Que s'est-il passer ? » Je relâchais son poignet, me massant la tête pour essayer de comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Paige A. B. S. Baudelaire
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Dreams can come true
I can't believe you're here
Messages : 330
Date d'inscription : 13/11/2013
Dreams can come trueI can't believe you're here ♥
Voir le profil de l'utilisateurhttp://takeyourpower.forumgratuit.be
le petit mot doux de Paige A. B. S. Baudelaire qui mange un cookie le Jeu 5 Déc - 16:14 ► réponds-lui !

Paige A. B. Baudelaire a écrit:
J’étais prête à presque à m’en allée alors que j’attachais les cordons de ma cape, je relâchais mon poignet quelques instants et paf. Il l’agrippait. A sa question, j’étais un peu surprise mais j’ignorais surtout ce qu’il s’était passé. « Un halo de lumière… », disais-je d’un souffle mais j’ignorais tellement ce qu’était réellement son pouvoir que j’étais réellement perdue. Je regardais les membres de sa famille me regarder toujours avec suspicion, je me sentais mal surtout l’une d’elle en fait, elle me glaçait le sang de son regard perçant. Il avait relâché mon poignet et je me sentais encore effrayée par celle-ci surtout mais l’une d’elle, la tante surement les firent sortir, quittant elle-même la pièce et me faisant comprendre qu’elle m’avait à l’œil mais je ne savais pas quoi faire. « Vous avez fait un truc étrange, soudainement, vous vous êtes aussi guéri… », disais-je en inspirant. « Je n’y suis pour rien, je regardais la lune ! », disais-je, rassurante car c’était bien ce que je faisais depuis tout à l’heure en fait. Je contemplais la lune en réfléchissant à tellement de choses que je ne m’étais pas aperçue de quand ça avait commencé. « Mais je crois qu’une d’elle pense tout le contraire… », disais-je en inspirant et me mettant à genoux devant le lit. « Je devrais y aller… », disais-je en ignorant s’il voulait que j’y aille !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
à la classe New Yorkaise apparement
Invité
le petit mot doux de Invité qui mange un cookie le Jeu 5 Déc - 16:42 ► réponds-lui !

Duncan a écrit:
Assis je regardais tour à tour tout ceux qui se trouvais dans la pièce. Un halo de lumière, je ne saisissais pas tout. La pièce se vida en un instant. « Elles ne sont pas méchantes, elles s'inquiètent tout simplement. Disons que ce halo comme tu dis je ne l'ai jamais vu. Ma mère n'en a parler qu'une seule fois quand j'étais très jeune. C'est comme si mon propre corps se protégeait lorsqu'il est en danger. Je n'en sais hélas pas plus que cela. » Je la regardais là à genoux près de mon lit. [color=orange]« S'il vous plait restez, elles n'ont rien a dire sur qui je fréquente. Je sais que ce n'est pas vous, même si j'ignore ce qui me pousse à cela. »[/colo]
Revenir en haut Aller en bas
Paige A. B. S. Baudelaire
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Dreams can come true
I can't believe you're here
Messages : 330
Date d'inscription : 13/11/2013
Dreams can come trueI can't believe you're here ♥
Voir le profil de l'utilisateurhttp://takeyourpower.forumgratuit.be
le petit mot doux de Paige A. B. S. Baudelaire qui mange un cookie le Jeu 5 Déc - 17:02 ► réponds-lui !

Paige A. B. Baudelaire a écrit:
C’était étrange de me trouver dans cette pièce face à cet homme, d’autant plus qu’il m’avait presque dit de vaincre mes peurs et que je m’étais défilée comme un cochon peureux à la fenêtre avant que ça n’arrive. Je me sentais un peu responsable tout de même cependant je savais pertinemment n’y être pour rien alors que je regardais celui-ci m’expliquait comment se passait ce halo pour lui mais ça me perturbait réellement, comment pouvait-il faire ça ? En dormant ? C’était tellement étrange, intriguant. Oui, pour une sorcière encore en formation, c’était magique en quelques sortes. « C’était impressionnant bien qu’effrayant ! », maugréais-je alors qu’il me disait qu’il voulait que je reste. « J’aimerais mais… », disais-je en regardant vers la fenêtre. « Il va bientôt faire jour ! », soufflais-je en regardant attentivement cet homme à nouveau, posant une main là ou j’avais posée de ma crème plus tôt, caressant sa peau. « Tout a disparu… ce n’est pas la crème ! », disais-je en ne me rendant pas compte de ce que je faisais sur le coup, riant nerveusement. « Désolée ! », la pucelle en moi retirait sa main, je savais que ce n’était pas correct d’ainsi toucher un homme. Enfin si cela peut être correct mais ce n’était pas sans effet alors que je me rendais compte que j'appréciais ça !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
à la classe New Yorkaise apparement
Invité
le petit mot doux de Invité qui mange un cookie le Jeu 5 Déc - 17:23 ► réponds-lui !

Duncan a écrit:
Si elle trouvait ça intéressant, pour ma part j'aurais complètement paniquer. J'avais le pouvoir de guérir, mais à quel point. Jusqu'où tout cela pouvait aller, jusqu'à quel niveau je pouvais guérir ou me guérir ? Peut-être que j'aurais trouver cela fascinant venant d'une autre personne, mais venant de moi je crois que j'étais plutôt inquiet. Je regardais alors par la fenêtre, sans voir les rayons du soleil on pouvait percevoir que la pénombre faisait place à la lumière du jour. Je sentis sa peau contre la mienne et je réalisais pour la première fois que mes plaies avaient toutes guéris. « Ne partez pas, je crois que pour une fois je me fais peur à moi-même. Et vous savoir près de moi me sécuriserais. », dis-je en prenant sa main qui m'avais effleuré et je l'obligeais à se rassoir sur le lit pendant que je me redressais. Touchant à mon tour mon propre corps, je n'avais plus mal. « Restez je vous en prit ! »
Revenir en haut Aller en bas
Paige A. B. S. Baudelaire
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Dreams can come true
I can't believe you're here
Messages : 330
Date d'inscription : 13/11/2013
Dreams can come trueI can't believe you're here ♥
Voir le profil de l'utilisateurhttp://takeyourpower.forumgratuit.be
le petit mot doux de Paige A. B. S. Baudelaire qui mange un cookie le Jeu 5 Déc - 17:38 ► réponds-lui !

Paige A. B. Baudelaire a écrit:
Alors que cet homme était nu sous un drap, j’étais juste là à l’entendre me dire de rester malgré la colère que je pourrais attirer. Je le laissais me lever, me glissant alors sur le lit en regardant Duncan attentivement, il était dangereux pour moi d’être à côté de lui, mon regard se laissant maladroitement aller sur son torse alors qu’il contemplait ses blessures disparues. Je relevais mon regard vers son visage, lui souriant doucement. « Sécurisante ? », demandais peu certaine de pouvoir l’aider. « Je peux comprendre que vous vous fassiez peur à vous-même, en restant ici, je me fais peur ! », disais-je en le regardant, descendant alors mon visage à nouveau là ou étaient les blessures. « Vous avez récupérer vos forces ? », demandais-je simplement par curiosité mais inquiétude aussi. Non, il n’était pas de mon genre à poser des questions avec une idée derrière la tête. Je relevais le regard vers lui en penchant la tête. « Pourquoi vous ne succombez pas ? », demandais-je alors soudainement, cette idée que j’avais eue tout au long de la nuit ou je contemplais la lune miroiter. Mes joues devenant rouge aussitôt à l’idée de cette question bien étrange mais je me demandais ce qui le retenait, lui, cet homme qui ne semblait pas avoir du mal à succomber aux autres femmes. Il était surtout vrai que je n’y connaissais rien à tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
à la classe New Yorkaise apparement
Invité
le petit mot doux de Invité qui mange un cookie le Jeu 5 Déc - 18:14 ► réponds-lui !

Duncan a écrit:
Aucune cicatrice, rien nada. « Oui sécurisante, car je suis persuadé que si ça recommence vous pourrez me faire valsé et ainsi je me réveillerai. », dis-je avec un sourire amuser. Je me sentais en pleine forme, comme si j'avais fait le plein d'énergie en quelque minutes à peine et c'est pour dire. Je ne cachais pas mon étonnement lorsqu'elle me posa cette question. Devais-je prendre l'initiative ? Prenant appui sur mes coudes je la regardais avant de glisser mes doigts dans ses cheveux. « Je ne crois pas que prendre l'initiative soit la bonne chose à faire. Après tout qui me dit que vous ne me ferez pas encore valsé. » J'approchais mon visage du sien, glissant ma main jusque dans son cou.
Revenir en haut Aller en bas
Paige A. B. S. Baudelaire
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Dreams can come true
I can't believe you're here
Messages : 330
Date d'inscription : 13/11/2013
Dreams can come trueI can't believe you're here ♥
Voir le profil de l'utilisateurhttp://takeyourpower.forumgratuit.be
le petit mot doux de Paige A. B. S. Baudelaire qui mange un cookie le Jeu 5 Déc - 18:32 ► réponds-lui !

Paige A. B. Baudelaire a écrit:
Je souriais doucement en l’entendant, il voulait donc que je le fasse valser si ça recommence ? Je secouais la tête. « Je ne suis pas aussi vile ! », disais-je en inspirant doucement, ne pensant cela dit qu’il n’allait pas recommencer. C’était surement lié à ses blessures maintenant disparue. Je ne savais pas vraiment pourquoi dans le fond cette question m’intriguait, je pense qu’à force d’y penser, l’on pose les questions. J’avais toujours été ainsi depuis mon enfance, curieuse. Je voulais apprendre tout sur tout, sur tout le monde, de tout. Je m’intéressais parfois même à ce que je connais comme parfois à tout ce qui me dépassait. L’entendre me dire ses mots et ainsi sentir le rapprochement ou même la sensation de chaleur de son rapprochement me troublait d’autant plus. « Alors vous avez peur que je ne m’en prenne à vous ? », demandais-je en riant nerveusement. « J’aurais pu... à plus d’une reprise sauf qu’inconsciemment, je pense vous en avoir donnée l’autorisation. », disais-je de mes pensées et réflexions qui m’avaient menée à ces conclusions. « Pourtant cette femme bien, elle était bien plus dangereuse que moi, vous l’ignoriez mais vous avez succombé… », disais-je sans me rendre compte que je m’étais aussi rapprochée et je n’étais pas vraiment certaine de garder mon contrôle. J’avais aperçue bien des femmes jouer à ce jeu enfin non, se retrouvant à ma place, bien des hommes aussi mais être là m’effrayait bien plus que d’imaginer l’être. Perdre le contrôle, c’est effrayant pourtant une partie de moi se retenait encore à faire quoique ce soit car je ne savais simplement pas si j’en étais capable. « Vous êtes le diable en fait… », disais-je en sachant bien qu’il n’était pas le diable mais surtout par ce que l’attirance l’était. Je riais nerveusement. « Ce qui n’est pas péjoratif ! », murmurais-je pour rassurer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
à la classe New Yorkaise apparement
Invité
le petit mot doux de Invité qui mange un cookie le Jeu 5 Déc - 19:01 ► réponds-lui !

Duncan a écrit:
Laissant mes doigts parcourir sa chevelure, j'essayais tout de même de contrôler mes pulsions. Pourquoi avec elle c'était différent ? Je la connaissais depuis peu et a part cette première rencontre je n'avais rien tenter. Sauf cette fois, et pourtant je restais délicat, je n'allais pas tant de l'avant. Au terme diable, j'arque un sourcil. Étais-je vraiment le diable ? Même si elle disait que c'était péjoratif je commençais à en douter. Si au moins je n'avais pas ce frisson dans le cœur, cette sensation étrange qui m'envahissais en ce moment même pendant que je la regardais. « Ce n'est pas parce que vous me donnez l'autorisation que je vous sauterai dessus aussitôt. Non pas que je n'en ai pas envie, mais disons qu'avec vous c'est différent. », dis-je avec un petit sourire en coin. Oh, et puis zut ! J'approchais mes lèvres des siennes, gouttant celle-ci avec délicatesse.
Revenir en haut Aller en bas
Paige A. B. S. Baudelaire
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Dreams can come true
I can't believe you're here
Messages : 330
Date d'inscription : 13/11/2013
Dreams can come trueI can't believe you're here ♥
Voir le profil de l'utilisateurhttp://takeyourpower.forumgratuit.be
le petit mot doux de Paige A. B. S. Baudelaire qui mange un cookie le Jeu 5 Déc - 19:24 ► réponds-lui !

Paige A. B. Baudelaire a écrit:
Je ne savais pas du tout ce qui se passait dans ma tête, parfois c’est étrange comme un être humain peut fonctionner. Nos idées, nos pensées, nos pulsions. Il était tellement bizarre. Notre corps, tout ça était un mystère pour moi, pour tant d’hommes. Un jour, peut-être qu’un savant trouvera des mots, des raisons pour définir pourquoi nous sommes tellement facilement engagé sur ce terrain d’inconnu. Je l’écoutais me dire qu’il n’allait pas le faire à la simple autorisation et pourtant je savais qu’il aurait pu le faire bien plus tôt, c’était étrange mais je ne me sentais plus maitre de moi-même si je résistais encore. C’est donc ça la clé du mystère ? Nous commençons en perdant le règne ? C’est un peu comme une guerre que le roi ne plus peut contrôler. C’est comme si je regardais tous mes soldats se faire tuer un à un sauf que je me posais la question pertinente : étais-ce si mal ? Alors qu’il succombait à mes lèvres, les caressant des siennes et me volant un frisson enfin je ne saurais expliquer ce qu’il se passait. C’était nouveau. Laissant quelques instants cette frénésie m’emparer, prolongeant cette sensation, je me laissais aller à gouter aux siennes néanmoins, la perte de contrôle me faisait peur. Étais-ce normal ? Je l’ignorais tellement et pourtant je ne voulais pas arrêter. Le cœur s’accélérant, approfondissant même ce baiser, je ne savais pas ce qu’il m’arrivait, finissant par détournant le regard, me calmant en regardant dans le vide. Ce n’était pas de lui que j’avais peur mais c’était de moi. Et je me retenais à me retourner et reprendre là ou j'avais arrêter, sentant encore cette chaleur proche, mon corps me trahissait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
à la classe New Yorkaise apparement
Invité
le petit mot doux de Invité qui mange un cookie le Jeu 5 Déc - 19:49 ► réponds-lui !

Duncan a écrit:
Un silence tentateur envahi notre espace au moment même où mes lèvres touchèrent les siennes. Irions-nous plus loin ou nous laisserons nous nos corps nous dicté nos pas. Il y a certaine chose que l'on ne peut pas contrôler, l'attirance physique en fait très certainement partie. La sensation d'être attiré par le corps d'une autre personne sans savoir ce qui nous attend vraiment. Un raisonnement qui perd tout son sens une fois que nous succombons à ce plaisir. Parfois aider avec l'alcool, d'autre fois simplement par envie, le plaisir est quelque chose d’énigmatique. Je le sais pour le vivre en ce moment même. Ses lèvres me captivais, je me sentais prisonnier de mon corps, comme si je m'étais retrouver envoûté par une sirène qui chante son chant mélodieux. Mais toute bonne chose à une fin, et le sentant quitté mes lèvres, je me surpris à faire la moue. Une moue triste comme si on avait retiré un simple jouet à un enfant. Qu'est-ce que l'avenir pouvait bien nous réservé ? Partagions-nous la même avenir ? Ou tout ceci n'était qu'éphémère ? Elle détournait le regard et j'allais chercher son menton du bout des doigts pour l'obliger à me regarder. « Dite-moi de quel magie vous usez pour me rendre ainsi ?», j'accompagnais ces paroles d'un sourire avant de capturé ses lèvres une seconde fois.
Revenir en haut Aller en bas
Paige A. B. S. Baudelaire
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Dreams can come true
I can't believe you're here
Messages : 330
Date d'inscription : 13/11/2013
Dreams can come trueI can't believe you're here ♥
Voir le profil de l'utilisateurhttp://takeyourpower.forumgratuit.be
le petit mot doux de Paige A. B. S. Baudelaire qui mange un cookie le Jeu 5 Déc - 20:02 ► réponds-lui !

Paige A. B. Baudelaire a écrit:
La magie était-elle réellement l’une des choses qui aidait à cela ? Pour me sentir moins comme toutes ses femmes qui perdent le contrôler, j’aimerais tellement y croire à vrai dire et j’avais beau résister mais il m’en empêchait en détournant mon regard, je ne résistais pas vraiment. Il fallait avouer que je me sentais telle une marionnette, une poupée de chiffon. Incapable de résister. Je n’avais pas vraiment de réponses à cette question et je n’en savais rien. Je ne me sentais pas plus différentes qu’une autre. Au contraire. Mon statut d’ancienne petite fille criant à la famine ne me rendait qu’inférieur aux autres et pourtant rien qu’à cette question, il me détournait de cette sensation d’être qu’une seule puce sur cette terre de personne bien plus grande. Et alors que je résistais à la pulsion, il brisa toutes les résistances, reprenant ce baiser avant même que je n’en ai eu le temps car je pense que j’aurais pue. « Et vous donc ? », demandais-je alors d’un murmure contre ses lèvres. Prolongeant aussitôt ce baiser avec une certaine fougue qui me fit peur tout autant qu’elle ne m’était agréable. Je ne pensais pas en être capable et pourtant nous pouvons nous surprendre par moment. C’était étrange. Je ne m’en rendais pas compte mais mes émotions se chamboulaient aussi, faisant presque vibrer les meubles. Laissant la pile que j'avais faite plus tôt avec les bouquins s’effondrer au sol.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
à la classe New Yorkaise apparement
Invité
le petit mot doux de Invité qui mange un cookie le Jeu 5 Déc - 20:23 ► réponds-lui !

Duncan a écrit:
À ses mots, je ne pus faire autrement que répondre à ce baiser rempli de fougue et de ce que l'on pourrait décrire comme de la peur. Non pas une peur comme lorsqu'on croise un monstre, mais plutôt celle qui comme elle le dirait nous garde en vie. Je sentais le lit vibrer sous nous, mais je n'y portais pas plus d'attention que cela, ignorant même la pile de livre qui venait de tomber. Je restais un tant soit peu gentilhomme, puis laissant libre court à mes pulsions, mes désirs, mes envies... Appelez ça comme vous voulez, je la fis basculer sous moi. Entortillant d'une quelconque façon mon corps dans la couverte qui me servait d'habit. Au dessus d'elle, je lui portais un regard puis les lumières se mirent à vaciller. Le métal se tordant dans un sens comme dans l'autre suivant mes ressentiments dans le moins fait et geste. Je perdais littéralement le contrôle, non pas que j'allais me montrer violent, mais je laissais mon corps prendre le contrôle donnant congé à mon esprit. J'avais ce pressentiment que tout ne finirait pas là. Que cette histoire n'était que le début. LE début de ma perte et celui d'un tout nouvel espoir.
Revenir en haut Aller en bas
Paige A. B. S. Baudelaire
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Dreams can come true
I can't believe you're here
Messages : 330
Date d'inscription : 13/11/2013
Dreams can come trueI can't believe you're here ♥
Voir le profil de l'utilisateurhttp://takeyourpower.forumgratuit.be
le petit mot doux de Paige A. B. S. Baudelaire qui mange un cookie le Jeu 5 Déc - 20:37 ► réponds-lui !

Paige A. B. Baudelaire a écrit:
Casser la baraque, un terme que l’on n’utilise surement pas encore mais c’était ce qu’il se passait et le pire étant que je ne me rendais pas compte de ça. Je ne contrôlais rien, laissant les murs continuer à vibrer, je le sentais mais en fait, je ne me rendais même pas compte que cela venait de moi, le pire étant que cela s’intensifiait au fil de la fougue. Laissant les meubles voler dans la pièce à un mètre du sol alors qu’il me fit basculer, laissant pendant quelques instants mes pouvoirs en sommeil, ce regard aussi, me rassurant alors que les meubles retombaient au sol. Seulement cela fut de courte durée, cette pause s’arrêtant alors que le contrôle disparaissait totalement, les mètres, les objets, tout reprenait alchimie avec la gravité, ils se mettaient tous à tournoyer de plus en plus fort autour de la pièce. Ces objets dont j’ignorais totalement l’attraction. C’était fou mais je n’avais surement jamais laissée mes pouvoirs aussi actifs. Certains s’écrasaient sur le mur au fur et à mesure tout le long ou ma peur était encore éveillée. Certains meubles s’écrasant sur le mur, d’autres l’un contre l’autre. C’était la pagaille, je mettais la pagaille. Mais au milieu de tout ça, la peur avait disparue, les émotions se remplaçant par tant d’autres, calmant par moment le ménage, l’intensifiant par d’autres. Le diable s’emparait de moi, métaphoriquement parlant et c’était troublant, laissant alors mon esprit en perdition et écoutant juste le néant de raisonnement jusqu’au moment de grâce. Et paf, ça fait des chocapics !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
à la classe New Yorkaise apparement
Invité
le petit mot doux de Invité qui mange un cookie le Jeu 5 Déc - 20:58 ► réponds-lui !

Duncan a écrit:
Le ciel pouvait bien me tomber sur la tête, que je ne pourrais arrêter mes envies. J'étais comme neuf, j'en avais presque oublié qu'il y a à peine quelque heures je culbutais une autre femme et cela dans cette même pièce. Dans ce lit, là je ne saurais dire puisque pur être franc je ne me souviens de très peu de chose. J'avais le goût d'aller, beaucoup plus loin, mais le risque de lui faire peur me faisais ralentir la cadence. Je ne portais même pas attention à la déchéance que nous créions, elle faisant voler les meubles et moi donnant presque vie aux métaux. Je n'entendais même pas les coup que ma tante faisait avec son balai contre son plafond qui s'adonnait à être mon plancher. Non j'étais bien trop concentré sur elle, sur ses gestes, comment la toucher tout simplement. J'avais chaud, terriblement chaud, tellement chaud que si j'avais eu le pouvoir du feu je nous aurai très certainement incendié. d'une main empresser je lui retirais sa cape, gênante et totalement inutile. La laissant tomber sur le sol, elle ne perdit pas un instant à rejoindre tout les meubles de la pièces dans une valse émotive. Un meuble passa par la fenêtre, suivit de quelque confrères. Et je me penchais de peu, ne laissant pas la chance à ce tiroir qui tenta de m’assommer.
Revenir en haut Aller en bas
Paige A. B. S. Baudelaire
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Dreams can come true
I can't believe you're here
Messages : 330
Date d'inscription : 13/11/2013
Dreams can come trueI can't believe you're here ♥
Voir le profil de l'utilisateurhttp://takeyourpower.forumgratuit.be
le petit mot doux de Paige A. B. S. Baudelaire qui mange un cookie le Jeu 5 Déc - 21:15 ► réponds-lui !

Paige A. B. Baudelaire a écrit:
Les meubles se cognaient, ils sortaient même, leur fuite était imminente. Le pire c’est que je ne savais rien de tout ça, j’aurais pu mais non. Tout valsait ou faisait plus vite un tango autour de lui, s’accélérant même au rythme de mon cœur alors que j’en perdais cette cape.  Je me laissais égarer ou plus vite égarer mes mains là où elle n’aurait jamais osée s’égarer et quand je dis ça, je pense simplement à sa peau. Pucelle jusqu’au bout des ongles, oui, ses ongles qui se laissait même frôler contre sa peau. La valse ne s’en arrêtait guère, c’était même plus vif, la légère peur de la nouveauté qui réapparaissait à cette émotion nouvelle qui était l’envie. Autant dire qu’ils valsaient au rythme de mon cœur, presque en harmonie. L’adrénaline ne calmant l’effet, l’intensifiant même. Une potion s’écrasant même sur le mur à un mètre de nous. Oh tiens, il y avait même une pomme, une banane et une grappe de raisin. J’en oubliais tellement de choses tout comme le fait qu’il y avait une autre plus tôt ! Et là, BOUM, le sommier ne résista pas, nous laissant nous écraser sur le sol, me perturbant totalement alors que là, cela ne me passait pas inaperçu. J’en sursautais même, une autre peur, laissant tout tomber sur le sol. Oui, bah même si c’était 30 centimètres, nous étions tombés d’un étage. Je stoppais quelques peu l’étreinte. « C’est normal, ça ? », soufflais-je en pensant simplement que le lit avait cédé.  

_________________
AND I FALL ON MY KNEES→ And I fall on my knees. Tell me how's the way to be, Tell me how's the way to go, Tell me all that I should know. To evoke some empathy. Danger will follow me now, Everywhere I go. Angels will call on me And take me to my home. Well this tired mind. Just wants to be lead home. Show me all that I could be. Tell me why I feel so low. Well these tired eyes. Just want to remain closed. I don't see clearly, can't feel nothing no. Can't you hear me?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
à la classe New Yorkaise apparement
le petit mot doux de Contenu sponsorisé qui mange un cookie le ► réponds-lui !

Revenir en haut Aller en bas

La vie sous toutes les coutures


Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant Page 3 sur 7

 Sujets similaires

-
» "LA MONTAGNE" sous toutes ses coutures
» L'art sacré tibétain sous toutes ses facettes
» A Vendre : Cartes à dire, Logikevok, Des phrases sous toutes les formes
» Des phrases sous toutes les formes Ortho Edition BAISSE DE PRIX
» Bab Mansour sous toutes ses formes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-