La vie sous toutes les coutures - Page 5

Partagez | .
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Paige A. B. S. Baudelaire
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Dreams can come true
I can't believe you're here
Messages : 330
Date d'inscription : 13/11/2013
Dreams can come trueI can't believe you're here ♥
Voir le profil de l'utilisateurhttp://takeyourpower.forumgratuit.be
le petit mot doux de Paige A. B. S. Baudelaire qui mange un cookie le Sam 7 Déc - 10:11 ► réponds-lui !

Paige A. B. Baudelaire a écrit:
Il était dingue à se dire que je trouvais une simplicité à ce geste, le baiser, la fougue. J’ignorais guère qu’elle était là depuis notre danse mais pourtant. Je lui souriais alors qu’il faisait tomber la porte. « C’est porte ouverte ! », disais-je en riant légèrement car dans le fond, sa chambre était comme un moulin au nombre de personnes qui entraient et sortaient. Je le suivis alors, la main sur son bras, ce geste que je connaissais tellement peu ou pas du tout, alors qu’on sortait sous les dégâts extérieurs et la forme du lampadaire, je le regardais d’un air dubitatif alors qu’il avait raison, on allait éviter les questions. « C’est artistique… », Plaisantais-je en souriant alors que je tournais les talons aussi. « Au pire, je suis violente, tout le monde le sait… au nombre de fois ou je fais valser les pauvres innocents ! », commentais-je naturellement d’un haussement d’épaule en marchant dans la nuit, entendant les hiboux et le crie lointain d’un loup. Ce fond sonore qui m’émerveillait, laissant mes yeux pétiller. Ses lucioles qui commençaient à apparaitre plus nous quittions les ruelles du centre. J’habitais dans un domaine derrière une sorte de petite colline à 5 minutes à peu près du centre et ses ruelles. La marche était d’autant plus agréable que le chemin que je traversais. Un peu boisé mais tellement agréable.

_________________
AND I FALL ON MY KNEES→ And I fall on my knees. Tell me how's the way to be, Tell me how's the way to go, Tell me all that I should know. To evoke some empathy. Danger will follow me now, Everywhere I go. Angels will call on me And take me to my home. Well this tired mind. Just wants to be lead home. Show me all that I could be. Tell me why I feel so low. Well these tired eyes. Just want to remain closed. I don't see clearly, can't feel nothing no. Can't you hear me?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
à la classe New Yorkaise apparement
Invité
le petit mot doux de Invité qui mange un cookie le Sam 7 Déc - 11:24 ► réponds-lui !

Duncan a écrit:
Artistique, voilà qui était un beau terme pour quelque chose que je n'avais même pas eu conscience de faire. « Je vais commencer à croire que vous prenez un malin plaisir à faire danser les pauvres innocents. », rétorquais-je avec un sourire aux lèvres. Marchant d'un pas lent, j'essayais de profité de ce moment, ne sachant pas ce que l'avenir nous réservait. Les sons de la nuit nous entouraient, seul les lampadaires éclairaient nos pas, jusqu'à quitter le quartier s'aventurant dans la pénombre de la nuit. Je n'avais pas la moindre idée d'où se trouvait sa demeure, mais je n'en disait rien la laissant guider mes pas d'une certaine façon. « J'espère que votre tante ne s'est pas fait trop de soucis à votre sujet, je m'en voudrais d'attiré ses foudres et qu'ainsi nous ne puissions plus nous voir. », dis-je avant de prendre une pause. « À moins que vous ne désiriez plus m'avoir en votre compagnie. » Une moue s'afficha sur mon visage, à demi éclairé par les rayon de la lune. En effet c'était une belle soirée, peut-être trop belle et tentante pour la laissé repartir sans rien faire, sans la retenir... Sans la garder un peu plus pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Paige A. B. S. Baudelaire
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Dreams can come true
I can't believe you're here
Messages : 330
Date d'inscription : 13/11/2013
Dreams can come trueI can't believe you're here ♥
Voir le profil de l'utilisateurhttp://takeyourpower.forumgratuit.be
le petit mot doux de Paige A. B. S. Baudelaire qui mange un cookie le Sam 7 Déc - 11:35 ► réponds-lui !

Paige A. B. Baudelaire a écrit:
Je me contentais de rire à propos de faire danser les innocents marchant sagement comme mon nom le prouve si bien en souriant alors qu’il prenait la parole, m’arrêtant alors qu’il prenait une pause et fronçant le nez. « Tout du contraire… je ne veux pas m’en défaire, je ne peux pas lire dans l’avenir demain est si loin que je ne sais pas de quoi il sera fait ! », disais-je en le regardant attentivement. « Je ne crains pas ma tante, elle me pense endormie dans ma chambre, j’ai scellée la porte. Enfin je suis tranquille jusqu’à demain matin mais… », je souriais doucement. « Je n’aime pas lui mentir même si… ça compte peu ! », je fronçais le nez, le regardant attentivement. [color=#674887]« Ne désireriez-vous plus la mienne ? Je vous ai aidé à dévasté votre chambre ! », disais-je en laissant un léger rire s’échapper. « Qui sait ce que nous pourrions déclencher par la suite… », disais-je en laissant un sourire s’afficher en me tournant vers lui. « Êtes-vous joueur ? », demandais-je soudainement d’un coup de tête. Qu’avais-je en tête ? Même-moi, je l’ignorais d’où ça venait et pourtant il y avait bien une chose autant étrange soit-elle.

_________________
AND I FALL ON MY KNEES→ And I fall on my knees. Tell me how's the way to be, Tell me how's the way to go, Tell me all that I should know. To evoke some empathy. Danger will follow me now, Everywhere I go. Angels will call on me And take me to my home. Well this tired mind. Just wants to be lead home. Show me all that I could be. Tell me why I feel so low. Well these tired eyes. Just want to remain closed. I don't see clearly, can't feel nothing no. Can't you hear me?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
à la classe New Yorkaise apparement
Invité
le petit mot doux de Invité qui mange un cookie le Sam 7 Déc - 12:06 ► réponds-lui !

Duncan a écrit:
M'arrêtant comme elle venait de le faire, je lui portais un regard. J'écoutais la moindre de ses paroles et je me retrouvais même à sourire à quelques'une d'elles. « Comment ne pourrais-je pas la désirer, après tout ne suis-je pas entrain de jouer au chaperon pour rester un peu plus de temps avec vous ? », un sourire se forme sur mes lèvres. « Et puis je suis bien heureux de vous entendre dire cela à propos de votre tante, car je crois que j'aurais encore plus de misère à vous laissez partir si je savais que vous pourriez subir ses foudres. J'ai peine à croire que aujourd'hui soit déjà fini et que demain ne tardera pas. J'aimerais pouvoir arrêter le temps pour rester aujourd'hui et que demain ne vienne jamais. Et puis ma chambre n'a peut-être eux aucune chance, mais ce n'est que matériel et demain je remettrai tout en ordre. », je lui accordait un clin d'oeil accompagné d'un sourire malicieux. À sa demande je fronçais les sourcils. « Il se peut que je sois joueur, mais tout dépend du jeu devrais-je dire. », sur ses paroles, je m'approchais d'elle diminuant la distance entre nous ne laissant que quelques centimètres.
Revenir en haut Aller en bas
Paige A. B. S. Baudelaire
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Dreams can come true
I can't believe you're here
Messages : 330
Date d'inscription : 13/11/2013
Dreams can come trueI can't believe you're here ♥
Voir le profil de l'utilisateurhttp://takeyourpower.forumgratuit.be
le petit mot doux de Paige A. B. S. Baudelaire qui mange un cookie le Sam 7 Déc - 12:24 ► réponds-lui !

Paige A. B. Baudelaire a écrit:
Mon regard ne le quittant pas, buvant ses paroles comme un bouillon chaud, je souriais tellement il était agréable de l’entendre me faire presque la cours. Ma demande était jouable alors qu’il se rapprochait, je souriais en allant contre ses lèvres, les frôlant simplement. « Un jeu ou les règles sont de votre ressort ! Nous ne pouvons pas arrêter le temps mais la nuit attendra bien ! Dans le fond, elle est à nous pas au temps, pas à ma tante, à personne d’autres. Sommes-nous obligez d’obéir au temps ? La mienne est en ordre après tout… », disais-je en reculant alors et garde mon sourire avant de galoper de mes fines jambes. « Attrapez-moi ! Je suis la souris. », soufflais-je en courant sur la colline et sachant pertinemment que j’allais perte mais le jeu n’en valait-il pas la chandelle. Et alors que je galopais, cherchant quand même à être rapide, je ne voulais pas le laisser gagner sans me battre tout de même un peu.

_________________
AND I FALL ON MY KNEES→ And I fall on my knees. Tell me how's the way to be, Tell me how's the way to go, Tell me all that I should know. To evoke some empathy. Danger will follow me now, Everywhere I go. Angels will call on me And take me to my home. Well this tired mind. Just wants to be lead home. Show me all that I could be. Tell me why I feel so low. Well these tired eyes. Just want to remain closed. I don't see clearly, can't feel nothing no. Can't you hear me?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
à la classe New Yorkaise apparement
Invité
le petit mot doux de Invité qui mange un cookie le Sam 7 Déc - 19:54 ► réponds-lui !

Duncan a écrit:
Nos lèvres se frôlèrent avant qu'elle ne parte, me laissant là. J'étais un peu abasourdit, je ne comprenais pas vraiment les règles où tout du moins je ne les avais pas bien saisie. Prenant quelque secondes pour réfléchir, je m'élançais à sa poursuite. Nous ressemblions à un jeune couple quelque peu frivole qui avait bien du plaisir à jouer avec le temps qui nous était compter. Mais n'étions nous pas quelque chose qui s'en rapprochait ? Non, nous n'avions rien d'un couple. Après tout ma mère m'avais toujours dit qu'une jeune homme se devait toujours de courtiser la demoiselle en question, et qu'avais-je fais ? Rien de tout cela sinon elle ne m'aurait pas fait danser aussi souvent que cela. Non nous n'étions en rien un couple, mais nous n'étions encore moins deux jeunes gens qui se rencontraient et finissaient par passé leur chemin. Ça j'en étais certain. Courant derrière elle, je ne pris que très peu de temps pour la rattraper, attrapant son poignet, je la ramenais vers moi. Mais quel idée lorsqu'on cours que de faire cela ! Je trébuchais sur quelque chose d'invisible dans cette noirceur, l'entraînant dans ma chute, je la collais contre moi pour lui évité de se faire mal. Bon je pourrais très certainement la guérir, mais le but n'est surtout pas de la blesser. Déboulant une bonne partie de la colline, notre dégringolade prit fin et sur le dos étendu dans l'herbe, je la serrais contre moi en regardant le ciel où les étoiles nous saluaient. Ne pouvant me retenir, un rire s'écoula d'entre mes lèvres amusez par le ridicule de la situation.
Revenir en haut Aller en bas
Paige A. B. S. Baudelaire
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Dreams can come true
I can't believe you're here
Messages : 330
Date d'inscription : 13/11/2013
Dreams can come trueI can't believe you're here ♥
Voir le profil de l'utilisateurhttp://takeyourpower.forumgratuit.be
le petit mot doux de Paige A. B. S. Baudelaire qui mange un cookie le Sam 7 Déc - 20:09 ► réponds-lui !

Paige A. B. Baudelaire a écrit:
Y a-t-il d’autres règles que de jouer dans un jeu ? Tout dépend des joueurs et de la partie. Il était vrai que j’étais assez rapide en courant d’habitude mais là, pas vraiment. Alors que je galopais à course en riant légèrement, cela ne fut que de courte durée quand il saisit mon bras, je riais mais beaucoup moins à la chute alors que nous dévalions la colline dans un roulé, boulé endiablé jusqu’à ce que la course se stoppe, sur lui. J’ouvris les yeux alors au départ fermé et riant en même temps que lui. « Vous êtes maladroit ! », disais-je dans mon éclat et tentant de stopper ce rire au possible mais comment ? Je n’y arrivais pas vraiment, les chiens de la ferme non loin se mettaient à aboyer en nous entendant. Il fallait sans aucuns doutes que j’arrête d’en rire. Optant pour m’emparer de ses lèvres car dans le fond, il m’avait attrapé. Calmant les rires en souriant contre celle-ci. « Apparemment, il est facile de vous faire rire sans vous chatouiller… », disais-je avec un sourire malicieux.

_________________
AND I FALL ON MY KNEES→ And I fall on my knees. Tell me how's the way to be, Tell me how's the way to go, Tell me all that I should know. To evoke some empathy. Danger will follow me now, Everywhere I go. Angels will call on me And take me to my home. Well this tired mind. Just wants to be lead home. Show me all that I could be. Tell me why I feel so low. Well these tired eyes. Just want to remain closed. I don't see clearly, can't feel nothing no. Can't you hear me?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
à la classe New Yorkaise apparement
Invité
le petit mot doux de Invité qui mange un cookie le Sam 7 Déc - 20:39 ► réponds-lui !

Duncan a écrit:
Là entendu dans l'herbe fraîche, nous rimes de bon cœur amuser sûrement par ce moment, où est-ce tout simplement la fatigue qui nous gagnait peu à peu. Les chiens du voisinages hurlaient à la lune enterrant notre fou rire par la même occasion. Ce qui n'était pas si mal, bien qu'ils pourraient réveiller le village endormi. Je me relevais sur mes coudes tout en accueillant ses douces lèvres contre les miennes. Je fis la moue lorsqu'elle me rappela m'avoir chatouillé, sans l'avertir je la fis basculer sous moi, ne retrouvant par dessus elle en un instant. « Ne vous a-t-on jamais dit qu'il était mal vu de s'en prendre à un enfant sans défense ? Pour cela vous méritez un énorme châtiment. », en disant cela je remontais mes manches comme l'aurait fait un médecin. Je les roulais de plusieurs tour autour de mon poignet, puis je fis craquer mes doigts dans un bruit sec. Je me penchais vers elle et en instant je débutais cette torture en plein air frais. Je pris mon rôle de chatouilleur bien au sérieux. Je ne la lâcherai pas tant et aussi longtemps qu'elle ne capitulerait pas !
Revenir en haut Aller en bas
Paige A. B. S. Baudelaire
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Dreams can come true
I can't believe you're here
Messages : 330
Date d'inscription : 13/11/2013
Dreams can come trueI can't believe you're here ♥
Voir le profil de l'utilisateurhttp://takeyourpower.forumgratuit.be
le petit mot doux de Paige A. B. S. Baudelaire qui mange un cookie le Sam 7 Déc - 21:38 ► réponds-lui !

Paige A. B. Baudelaire a écrit:
Je souriais doucement en l’entendant. Il était vrai qu’il était mal vu quand les intentions étaient mauvaises mais dans l’autre cas, j’en étais plus amusée qu’autre chose en m’attendant à ce qui allait arriver alors qu’il se préparait en remontant ses manches. « Je vais donc être punie ? », demandais-je en connaissance de la réponse mais gardant l’esprit joueur alors qu’il se mit à me chatouiller et me déclenchait une envie de rire aussi. Je me retenais au début, pinçant mes lèvres et ayant du mal à capturer mes rires. Et là, j’explosais alors qu’il était en train de s’en prendre à ma zone la plus chatouilleuse, les côtes. J’éclatais alors de rire, me tortillant, laissant échapper les fous rires sans retenus. « Arr… êtez, je vo… us en pries… », tentais-je de dire, perdant un peu mon souffle dans mes rires. Je tentais d’attraper ses mains, ses bras mais il fallait avouer que mon petit corps menu n’avait pas réellement de forces contrairement au sien. Et les chiens continuaient d’aboyer, j’avais même l’impression qu’ils approchaient alors qu’une lueur de lanterne se laissait apparaitre au loin. « C’est une propriété privé, qui est là ? », demandait cet homme d’une voix dure alors que je retenais à nouveau mes rires.

_________________
AND I FALL ON MY KNEES→ And I fall on my knees. Tell me how's the way to be, Tell me how's the way to go, Tell me all that I should know. To evoke some empathy. Danger will follow me now, Everywhere I go. Angels will call on me And take me to my home. Well this tired mind. Just wants to be lead home. Show me all that I could be. Tell me why I feel so low. Well these tired eyes. Just want to remain closed. I don't see clearly, can't feel nothing no. Can't you hear me?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
à la classe New Yorkaise apparement
Invité
le petit mot doux de Invité qui mange un cookie le Dim 8 Déc - 18:00 ► réponds-lui !

Duncan a écrit:
Mes mains glissaient sur le l'étouffe qui la couvrait, tentant de la faire rire. Il n'est pas facile de produire ce son mélodieux lorsque'il y a autant d'épaisseur de tissus. Pourquoi diantre les femmes se devaient d'en mettre autant. C'est à croire qu'elles voulaient mourir sous le poids du tissu, contrairement à nous les hommes qui ne portaient qu'une vulgaire chemise, parfois un gilet et en surplus une redingote et cela pour le simple style et la mode. Je réussis tout de même à la faire rire lorsque mes doigts arrivèrent au niveau de ses côtes. J'étais fier de mon coup et je ne le cachais aucunement affichant un large sourire, comme si j'avais découvert cette orange au pied de mon lit le jour de Noël. Je n'avais pas à me plaindre, bien que cette nouvelle rencontre avait plutôt mal débuté, elle se finissait plutôt bien. Tout du moins c'est ce que je croyais avant de percevoir une lueur blanche au loin, accompagner d'aboiement. Toujours par dessus elle, je tournais mon regard en direction de cet éclaircissement. Bien que se soit un domaine privé, je n'avais nullement l'intention de me faire prendre. Tendant ma main vers l'homme, j'entrepris de tordre la lanterne qu'il tenait retirant ainsi toute la lumière qui s'en échappait. Prenant la main de Sage, je me levais tout en l'aidant par la suite et puisque la nuit régnait toujours, je me mis à courir pour fuir cette voix dure et roque. Je ne m'arrêtais que lorsque nous nous trouvions cacher par un arbre. J'appuyais son do contre l'écorce, l'emprisonnant ainsi entre moi et ce végétal. « Vous faites trop de bruit lorsque vous riez lady Sage. », affirmais-je avec un large sourire. « Mais nous avons un moment de répit avant qu'il ne comprenne vraiment ce qui est arrivé à sa lanterne. Et je crois que vous n'avez pas été assez punie ! », dis-je en laissant s'échapper un rire amusé.
Revenir en haut Aller en bas
Paige A. B. S. Baudelaire
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Dreams can come true
I can't believe you're here
Messages : 330
Date d'inscription : 13/11/2013
Dreams can come trueI can't believe you're here ♥
Voir le profil de l'utilisateurhttp://takeyourpower.forumgratuit.be
le petit mot doux de Paige A. B. S. Baudelaire qui mange un cookie le Dim 8 Déc - 23:00 ► réponds-lui !

Paige A. B. Baudelaire a écrit:
Je n’étais pas vraiment rassurée alors que cet homme approchait, ma tante ne m’en disait pas tant de biens. Un homme rustre, un riche bien entendu qui vivait seule avec une servante comme appuie. Alors que j’étais sous ce duc mal chaussé, je savais qu’il valait mieux ne pas être dégoté. Je le regardais tendre la main, je ne savais pas trop au début ce qu’il allait faire, je le comprenais bien assez vite mais néanmoins, j’avais peur. Fermant les yeux pendant un instant, j’eus a peine le temps de les rouvrir que j’étais déjà en train de courir. Les ouvrant pour le suivre d’aussitôt, amusée au fil de ma course car il fallait avouer que je savais à présent que nous n’étions plus sur un domaine privé enfin si mais celui de ma tante. Dos à l’arbre, je me retrouvais contre lui, riant de bon cœur alors qu’il disait que je faisais trop de bruits. Posant une main contre son buste, l’écoutant, je fronçais le nez. « Je ne crois pas non, car nous sommes sur ma propriété… », disais-je en penchant la tête, le regardant avec un petit air séducteur. « Je devrais peut-être vous faire valser ! », disais-je en élargissant mon sourire. « Ou peut-être pas… vous avez approchés des terrains plus intimes que les terres de ma tante ! », disais-je en laissant un rire nerveux sortir, approchant de ses lèvres pour mêler mon souffle au sien, respirant tout de même assez fort après cette course. « Être avec vous, c’est une grande aventure… », disais-je en souriant. « Très palpitant ! », il fallait avouer qu’en une journée, on en avait vus des choses.

_________________
AND I FALL ON MY KNEES→ And I fall on my knees. Tell me how's the way to be, Tell me how's the way to go, Tell me all that I should know. To evoke some empathy. Danger will follow me now, Everywhere I go. Angels will call on me And take me to my home. Well this tired mind. Just wants to be lead home. Show me all that I could be. Tell me why I feel so low. Well these tired eyes. Just want to remain closed. I don't see clearly, can't feel nothing no. Can't you hear me?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
à la classe New Yorkaise apparement
Invité
le petit mot doux de Invité qui mange un cookie le Lun 9 Déc - 13:33 ► réponds-lui !

Courant sans but réel, ne connaissant que très peu le terrain ou même cette partie de la ville, je ne m'étais pas aperçu que j'avais quitté le domaine de cet homme pour franchir celui de sa tante. Tout ce dont j'étais certain c'était que je devais reprendre mon souffle suite à cette course. Rien de mieux pour se garder en forme en dehors de ces moments de luxure. Une effluve de son parfum arriva jusqu'à mes narines, délicate odeur qui m'indiquais cette proximité qu'il y avait entre nous. « Ce devrait être moi qui mène la danse et non vous. N'avez-vous jamais apprit que les hommes sont trop orgueilleux pour laisser les femmes conduire les valses et cela quel qu’elle soit la danse ! », un sourire mesquin apparut sur mes lèvres. « Mais je préfères de loin conduire cette danse sur ces terrains intimes. » Sur ces paroles, je glissais ma main sous son menton, le relevant avant d'y déposer mes lèvres contre les siennes. Quelque chose d'innocent dans ce baiser se laissait sentir. Je n'avais pas envie de jouer à tout ses jeux avec elle, après ces aventures, comme elle le disait. L'idée de la voir comme les autres femmes qui avaient partagées ma couche, m'étais d'une quelconque façon étrange et insupportable. Au final, je crois que j'étais prédestiné à jouer le chaperon !
Revenir en haut Aller en bas
Paige A. B. S. Baudelaire
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Dreams can come true
I can't believe you're here
Messages : 330
Date d'inscription : 13/11/2013
Dreams can come trueI can't believe you're here ♥
Voir le profil de l'utilisateurhttp://takeyourpower.forumgratuit.be
le petit mot doux de Paige A. B. S. Baudelaire qui mange un cookie le Lun 9 Déc - 22:42 ► réponds-lui !

Il était bien étrange pour moi d’agir ainsi, ne me battant pas vraiment entre mon désir et ma retenue, une partie en moi résistait encore, tant bien que mal, elle était même assez forte bien que je la faisais taire et pourquoi ? Car c’était sans aucuns doutes la seule journée ou je me sentais réellement en compagnie. J’avais tendance à me sentir seule depuis que j’avais quittée Paris. Je n’avais plus qu’Aurore qui même si nous étions proches n’était pas du tout sur la même longueur d’ondes que la mienne. Je souriais en l’entendant parler des hommes qui aiment mener la danse, je fronçais le nez, finissant même par répondre à ce baiser innocent. « Les femmes aussi peuvent être orgueilleuse ! », soufflais-je avec ce sourire au bout des lèvres. Je le regardais attentivement, sentant l’anxiété passagère m’éprendre. Je le regardais dans les yeux, ses yeux d’un bleu magique. « Avec ma tante qui me surveille, j’ignore quand je pourrais trouver une échappatoire ! », disais-je alors sans savoir même s’il voulait me revoir enfin si c’était passager et si demain, nous allions nous réveiller en nous rendant compte que nous avions fait une erreur. Un petit sourire forcé, un peu triste, je le regardais toujours. « Et je devrais peut-être rentrer… », soufflais-je en souriant timidement, allant porter ma main à la sienne en souriant. « Je traine souvent seule dans ces bois, peut-être pourriez-vous m’y trouver à votre guise ! », soufflais-je en me rendant compte ne pas pouvoir bouger ou me déplacer étant coincée entre lui et un tronc.

_________________
AND I FALL ON MY KNEES→ And I fall on my knees. Tell me how's the way to be, Tell me how's the way to go, Tell me all that I should know. To evoke some empathy. Danger will follow me now, Everywhere I go. Angels will call on me And take me to my home. Well this tired mind. Just wants to be lead home. Show me all that I could be. Tell me why I feel so low. Well these tired eyes. Just want to remain closed. I don't see clearly, can't feel nothing no. Can't you hear me?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
à la classe New Yorkaise apparement
Invité
le petit mot doux de Invité qui mange un cookie le Mar 10 Déc - 6:56 ► réponds-lui !

Nos lèvres coller l'une sur l'autre, j'allais appuyer mon bras sur l’écorce de cet arbre, gardant appui pour faire durer le plaisir en étant le plus près d'elle. Mais toute bonne chose à une fin, et je le sentais lorsqu'on rompaient ce baiser. Je ne savais pas trop comment réagir, mais ne dit-on pas que ce qu'on ne peut pas avoir est là chose que l'on désir plus que tout ? C'était un peu ce que je ressentais à ce moment là. Non pas que ces petits baisers démontrent que je la possédais tout au contraire. C'était un peu le contraire, une danse entre nous, un jeu de séduction qui n'étais pas comme à mes habitudes. Loin de là même, je la regardais interpeller par ses lèvres dont en quelque heures je ne pouvais déjà plus m'en passer. « Je dois être égoïste, car je n'ai pas envie de vous voir partir. », dis-je en me rapprochant d'elle un peu plus d'elle. Je sentis une résistance dans mes mouvements, comme si on m'empêchait d'aller plus loin. Et en moins de deux je me retrouvais dans ma chambre, seul. Poussant un soupire, je portais une réel attention à la tornade qu'on avait créer en me disant que je trouverai le moyen de la revoir, après j'ai plus d'un tour dans mon sac.
Revenir en haut Aller en bas
Paige A. B. S. Baudelaire
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Dreams can come true
I can't believe you're here
Messages : 330
Date d'inscription : 13/11/2013
Dreams can come trueI can't believe you're here ♥
Voir le profil de l'utilisateurhttp://takeyourpower.forumgratuit.be
le petit mot doux de Paige A. B. S. Baudelaire qui mange un cookie le Mar 10 Déc - 7:28 ► réponds-lui !

Alors que j’étais entre lui et l’arbre et que comme lui, je ne voulais pas rentrer, il disparut devant mes yeux alors qu’il fallut deux secondes pour que j’aperçoive ma tante devant moi. Pas vraiment heureuse, elle m’avait faite la leçon, déçue que je lui mente surtout, cela n’arrivait jamais dans le passé. On était proche même si elle était souvent peu enjouée par la vie. Pas frivole mais fière de ma différence des autres. J’étais à part. C’était étonnant qu’elle réagisse ainsi, tellement protecteur. Je l’avais un peu ignorée avant d’aller me coucher sans plus en parler. Elle me surveillait plus, ne me croyait pas réellement mais elle savait qu’elle devait me faire confiance, j’étais rationnelle, posée, intelligente même si j’étais impulsive, un peu trop. C’est seulement 10 jours après, peut-être plus même, cela me semblait tellement long, trop long. Je n’avais pas plus de trois heures de libertés alors que j’étais censée aller à l’herboristerie faire le plein pour mes potions et surtout plusieurs qui me permettraient de trouver des échappatoires. Sous ma cape pour ne pas avoir trop froid, je m’étais vêtue d’une simple robe, sans bustier, pas de chichi. J’avais nattée mes cheveux. Je me baladais en direction du centre du village, passant même devant cette fameuse ruelle avec le cœur qui battait la chamade mais j’avais peur que ça lui retombe dessus ou de ne plus avoir envie de m’en aller ou même que cela soit un vague souvenir pour lui. L’herboristerie était à l’entrée de cette ruelle. Contrôlant mon panier d’osier, j’attendais que deux enfants me laissent l’entrée libre alors qu’ils comptaient leurs trouvailles. Je souriais alors que l’on deux me faisait signe de me baisser, il avait une fleur dans la main qu’il plaçait dans une des mèches de ma natte. « Merci ! » lui disais-je alors que je sortais un bonbon de mon panier. Je les avais préparés dans la journée. Il me regardait avec émerveillement comme si c’était le plus beau cadeau de sa vie. J’en offris un autre à son ami ou son frère peut-être ? Je souriais alors qu’il me laissait passer.

_________________
AND I FALL ON MY KNEES→ And I fall on my knees. Tell me how's the way to be, Tell me how's the way to go, Tell me all that I should know. To evoke some empathy. Danger will follow me now, Everywhere I go. Angels will call on me And take me to my home. Well this tired mind. Just wants to be lead home. Show me all that I could be. Tell me why I feel so low. Well these tired eyes. Just want to remain closed. I don't see clearly, can't feel nothing no. Can't you hear me?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
à la classe New Yorkaise apparement
Invité
le petit mot doux de Invité qui mange un cookie le Mar 10 Déc - 7:57 ► réponds-lui !

Plus d'une semaine s'était écoulé depuis cette fameuse nuit, ma tante avait trouver tout les moyens possible pour que je ne quitte jamais vraiment la demeure, me faisant travailler jour et nuit. Je n'avais donc trouver aucun moment ni même moyen pour la revoir. J'étais entrain de ranger les nouvelles bouteilles d'hydromel et d'absinthe qu'on venait tout juste de recevoir dans le bar. Comme souvent c'était les bouteilles qui nous étaient commander le plus lors des soirées. Elle s'approcha de moi, déposant un sac rempli de pièce en or sur le comptoir me faisant sursauter je manquais d'échapper la bouteille que je tenais entre mes mains. Elle m'envoyait chercher quelques ingrédients chez l'herboriste à deux pas de la taverne. Ramassant les pièces, je quittais la demeure sans même prendre la peine de me couvrir pour le si peu de trajet que j'avais à faire. Deux gamins qui semblaient venir de la boutique me virent et coururent dans ma direction. Souriant je reconnus le visage des petits voisins. « Duncan regarde ce qu'on a eu droit ! », dit-il en me tendant sa main rempli d'objet diverse. « Quel beau butin, à quel pirate avez-vous bien pu dérober ce trésor ? », dis-je en riant légèrement. Après m'avoir raconté leur périlleuse aventure, je leur disait au revoir, tout en rentrant dans la boutique faisant tinté la carillon. Un jeune homme de quelques années mon benjamin s'approcha avec un large sourire. Je le voyais souvent à la taverne essayant de courtiser mes cousines, et ma tante ne disait rien sachant très bien qu'il était le petit fils de l'herboriste, cette femme qui me faisait parfois peur. « Duncan ! Il est rare de te voir ici. On t'envoi faire les achats maintenant ! », dit-il en me donnant une tape amical sur mon épaule. Tape qui s'advera plus puisante que voulu. Me massant l'épaule je le regardais ce colosse à la large barbe rousse et au cheveux couper court, il faisait rustre, mais en même temps il avait tellement l'air d'un gros nounours. « Il faut croire. », dis-je en commençant a regarder les herbes dans la boutique.[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Paige A. B. S. Baudelaire
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Dreams can come true
I can't believe you're here
Messages : 330
Date d'inscription : 13/11/2013
Dreams can come trueI can't believe you're here ♥
Voir le profil de l'utilisateurhttp://takeyourpower.forumgratuit.be
le petit mot doux de Paige A. B. S. Baudelaire qui mange un cookie le Mar 10 Déc - 8:08 ► réponds-lui !

Cela me semblait une éternité, le jour où j’étais venue dans cette boutique était le jour où je l’avais rencontré en somme, c’était il y a longtemps. Entrée, je contemplais les rayons de diverses herbes, je regardais tout en me laissant faire discrète. Prenant alors le pot de jasmin, j’en sentie l’odeur mais là, une voix me fit détourner l’attention de ce parfum que j’adulais tant ou plus vite un prénom que j’entendis. Je levais le regard en souriant, me cachant rapidement dans le rayonnement, le regardant discrètement alors qu’il n’était pas loin. Entendre même sa voix. Je souriais doucement, rougissant même, partagée entre l’envie qu’il sache que je sois là et qu’il l’ignore. Il fallait que je tente au moins un truc. J’ignorais quoi. Je fermais les yeux, réfléchissant. Perdue. Je regardais ce qu’il regardait enfin l’herbe et là, cette idée me vint tandis que j’attendais que son compagnon ne prête pas attention aux herbes, je fis alors bouger ce que Duncan regardait, le déplaçant légèrement sur la gauche, le faisant tourner sur lui-même comme une petite valse. Allait-il comprendre ? Je n’en savais rien mais je ne bougeais pourtant pas de mon rayonnement. Dos à celui-ci, alors que je voulais rire légèrement de la situation et du ridicule d’avoir fait bouger ainsi un contenant mais je me retins en posant la main sur ma bouche. Je regardais alors le drap protégeant l’accès à l’arrière-boutique ou l’on trouvait les herbes plus magiques, celle qui était cachée de la population humaine. Me faisant discrète, je m’y rendis alors.

_________________
AND I FALL ON MY KNEES→ And I fall on my knees. Tell me how's the way to be, Tell me how's the way to go, Tell me all that I should know. To evoke some empathy. Danger will follow me now, Everywhere I go. Angels will call on me And take me to my home. Well this tired mind. Just wants to be lead home. Show me all that I could be. Tell me why I feel so low. Well these tired eyes. Just want to remain closed. I don't see clearly, can't feel nothing no. Can't you hear me?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
à la classe New Yorkaise apparement
Invité
le petit mot doux de Invité qui mange un cookie le Mar 10 Déc - 8:35 ► réponds-lui !

Diverse bocaux s'étendaient sous mes yeux, puis mon regard se posa sur le bocal renfermant la coriandre. Celui-ci dansait littéralement sous mes yeux. Je regardais à droite puis à gauche cherchant l'investigateur de ces mouvements. Mais je ne vis rien ni personne. Fronçant les sourcils, je pris le bocal qui avait bougé entre mes doigts. Puis je sentis un parfum familier, j'en rêvais tellement ces derniers temps que j'ignorais si c'était seulement mon cerveau qui faisait défaut. Je regardais à nouveau autour de moi, et je remarquais la draperie au fond de la boutique qui bougeait anormalement, enfin elle ne bougeait pas avec l'aide du vent ça c'était certain. Je regardais l'homme près de moi et je lui tendis un bout de papier avec tout les ingrédients dont avait besoin ma tante. « J'ai besoin de tout ce qui se trouve sur ce parchemin. Je vais voir derrière j'ai quelques petits trucs à m'acheter. » Sur ces paroles je me dirigeais vers l'arrière boutique où d'un mouvement de la main je tassais le tissu pour m'engouffrer dans la pièce. Et c'est là que je la vis, m'approchant je souris. « Il n'y a que toi pour faire danser ainsi les choses.... Et les personnes. »
Revenir en haut Aller en bas
Paige A. B. S. Baudelaire
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Dreams can come true
I can't believe you're here
Messages : 330
Date d'inscription : 13/11/2013
Dreams can come trueI can't believe you're here ♥
Voir le profil de l'utilisateurhttp://takeyourpower.forumgratuit.be
le petit mot doux de Paige A. B. S. Baudelaire qui mange un cookie le Mar 10 Déc - 8:48 ► réponds-lui !

M’avait-il reconnu ? Je n’en savais rien car il fallait aussi que ça reste discret. Son nounours ne devait pas voir ça. Allant me terrer dans l’arrière-boutique, je me devais d’y aller discrètement sous l’acquiescement de la vendeuse. Alors que je me trouvais là, je souriais doucement, regardant après diverses épices mais il me fallait aussi des pieds de cochons et de la poudre de licorne. Regardant par ici et par là, j’entendis alors des pas approcher, restant sur mes gardes au début, je fus soulagée tout de même quand c’était lui. Souriante alors qu’il me disait qu’il n’y avait que moi. Je fronçais le nez. « Un jour, je les ferais chanter ! », disais-je en penchant la tête, me retenant même d’approcher car j’avais peur de ne pas me contrôler ou même qu’il recule. Stupide que je puisse être, oui, un peu. Je le regardais dans les yeux en souriant mais là, je n’avais qu’une envie, gouter à ses lèvres et tout ce qu’il m’inspirait. Tout ce qui était nouveau et faisait valser mon cœur. Je ne pouvais pas, nous étions en compagnie. Je savais qu’elle pourrait avoir ses sources. Me mordillant les lèvres, j'avais cette envie que je combattais. Détournant aussitôt mon regard vers les yeux de tritons en le regardant du coin de l’œil. « Tu m’as manqué ! », soufflais-je timidement. Je riais alors nerveusement. « Ça me semblait une éternité ! », rajoutais-je d’un murmure. Il fallait avouer que j’avais surtout une hésitation à le dire. Et s’il avait continué sans y penser ? Je ne connaissais tellement pas ces sensations.

_________________
AND I FALL ON MY KNEES→ And I fall on my knees. Tell me how's the way to be, Tell me how's the way to go, Tell me all that I should know. To evoke some empathy. Danger will follow me now, Everywhere I go. Angels will call on me And take me to my home. Well this tired mind. Just wants to be lead home. Show me all that I could be. Tell me why I feel so low. Well these tired eyes. Just want to remain closed. I don't see clearly, can't feel nothing no. Can't you hear me?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
à la classe New Yorkaise apparement
Invité
le petit mot doux de Invité qui mange un cookie le Mar 10 Déc - 9:04 ► réponds-lui !

L'odeur d'encens était encore plus puissante de ce côté de rideau, mais peu m'importait car devant moi ce tenait la plus belle des créatures. Je la regardais sans broncher, aucun mot de plus, aucun geste, rien. Tout ce que je regardais c'était sa peau satiné, ses yeux brillant en me regardant et ses lèvres que j'avais envie de cueillir une fois de plus. Lorsqu'elle regarda les yeux de tritons, je m'approchais d'elle prenant dans ma main un bocal rempli de larme de crocodile. « Vous m'avez manqué aussi, mais je n'ai pas trouvé d'échappatoire plus tôt pour venir vous voir et je m'en vois désolé. Tout cette absente à vos côté m'a sembler bien plus longue que l'éternité. » Je reposais le bocal sur sa tablette et me tournais vers elle pour la regarder. « Vous avez hanté mes rêves. »
Revenir en haut Aller en bas
Paige A. B. S. Baudelaire
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Dreams can come true
I can't believe you're here
Messages : 330
Date d'inscription : 13/11/2013
Dreams can come trueI can't believe you're here ♥
Voir le profil de l'utilisateurhttp://takeyourpower.forumgratuit.be
le petit mot doux de Paige A. B. S. Baudelaire qui mange un cookie le Mar 10 Déc - 9:18 ► réponds-lui !

Ces mots caressèrent mes oreilles, cela faisait tellement beau à entendre, me retirant un peu mes hésitations alors que je détournais mon regard des yeux de tritons en le tournant vers lui, un sourire se dessinait alors qu’il disait que j’hantais ses rêves. « J’étais coincée aussi… Je ne peux pas vous en vouloir ! J’ai voulue échapper en projection astrale mais… j’en aurais été affaiblie ! », soufflais-je en laissant un demi-sourire s’afficher alors que je mettais ma main sur se bocal qu’il tenait, à quelques millimètres de la sienne, évitant à lui caresser celle-ci, le regardant en penchant la tête. « Il se passe quoi dans vos rêves ? », demandais-je alors à celui-ci, un peu intriguée mais j’avais surtout l’impression que nous pouvions vivre à travers nos rêves. Je le regardais toujours, ma main glissant vers la sienne, posant ma main sur celle-ci. Je finissais par retirer celle-ci progressivement, passant derrière lui en captivant son regard le plus longtemps possible, un sourire un peu malicieux, séducteur qui n’avait pas quitté mes lèvres, me retrouvant alors à sa droite, regardant par-dessus son épaule et souriant. « J’espère que ma tante ne vous a rien fait de mal ce soir-là… elle n’a rien voulue me dire ! », disais-je un peu inquiète sur le coup.

_________________
AND I FALL ON MY KNEES→ And I fall on my knees. Tell me how's the way to be, Tell me how's the way to go, Tell me all that I should know. To evoke some empathy. Danger will follow me now, Everywhere I go. Angels will call on me And take me to my home. Well this tired mind. Just wants to be lead home. Show me all that I could be. Tell me why I feel so low. Well these tired eyes. Just want to remain closed. I don't see clearly, can't feel nothing no. Can't you hear me?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
à la classe New Yorkaise apparement
Invité
le petit mot doux de Invité qui mange un cookie le Mar 10 Déc - 9:46 ► réponds-lui !

Endiablé voilà le meilleur qualificatif pour décrire la situation, côte à côte, je la regardais ne portant même pas attention à sa main qui descendait vers la mienne. Non je restais là sans broncher à me dire que j'avais sûrement trop parler. Mes rêves n'étaient pas tous à caractère luxurieux, mais beaucoup en faisait partit. Je me voyais la toucher, caresser sa peau de mes doigts glissant sous les multiples couche de tissus qui me gênais. Comme j'arrivais à lui faire perdre tout sens en un instant en là touchant, un peu comme ce soir là. Je ne montrais tout de même rien de mes pensées ni de mes émotions. Là regardant tournée autour de moi, étais-je devenu sa proie ? « Je me suis retrouvé tout simplement dans ma chambre. », dis-je avec un demi sourire. « Vous semblez être mitigé dans vos choix. », dit une voix qui m'obligea à me retourné. Une vieille femme sortie de l'ombre. Elle nous regarda intensément tout les deux.
Revenir en haut Aller en bas
Paige A. B. S. Baudelaire
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Dreams can come true
I can't believe you're here
Messages : 330
Date d'inscription : 13/11/2013
Dreams can come trueI can't believe you're here ♥
Voir le profil de l'utilisateurhttp://takeyourpower.forumgratuit.be
le petit mot doux de Paige A. B. S. Baudelaire qui mange un cookie le Mar 10 Déc - 10:04 ► réponds-lui !

Mon sourire s’agrandissant, soulagée alors qu’il me disait avoir juste été mis au lit comme un enfant. Cela avait un côté assez amusant. Je penchais la tête en fronçant le nez mais me retournant vers cette dame en l’entendant dans un sursaut. Je lui souriais légèrement. Il fallait que j’improvise. Je cherchais quoi dire en souriant. « Hummm… en fait, je cherche… de la poudre de licorne ! », disais-je en souriant. « Ce monsieur me disait que les larmes de crocodiles avaient le même effet ! », mensonge, mince qui plus est, c’était faux et cela ne faisait pas du tout le même effet, j’allais le faire passer pour un idiot et en plus, je savais ou était la poudre de licorne. Et là, je passais au rouge sur mes joues, totalement honteuse de ce mensonge mal trouvé. Je le regardais avec un demi-sourire. Je me hissais alors légèrement à son oreille. « Je suis nulle pour improviser ! », disais-je alors à celui-ci en souriant, déposant un baiser sur sa joue, tentant de faire comme si de rien n’était en fait, je voulais laisser penser à cette femme que ce murmure n’était qu’un batifolage. Sur le coup, je me demandais si l’idée était bonne mais ma tante n’en était pas amie d’après ma mémoire. « La poudre de licorne est juste devant ce jeune homme ! », disait-elle en me regardant. « Mais si vous lui faisiez moins les yeux doux, vous l’auriez-vu. », rajoutait-elle avec un peu de taquinerie dans la voix.

_________________
AND I FALL ON MY KNEES→ And I fall on my knees. Tell me how's the way to be, Tell me how's the way to go, Tell me all that I should know. To evoke some empathy. Danger will follow me now, Everywhere I go. Angels will call on me And take me to my home. Well this tired mind. Just wants to be lead home. Show me all that I could be. Tell me why I feel so low. Well these tired eyes. Just want to remain closed. I don't see clearly, can't feel nothing no. Can't you hear me?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
à la classe New Yorkaise apparement
Invité
le petit mot doux de Invité qui mange un cookie le Mer 11 Déc - 9:48 ► réponds-lui !

Les femmes, elles ont le dont parfois de trop parler ou même encore de dire des choses qui font roussir leurs jolies petites pommettes. C'est une des choses qui les rendent si charmantes, même si elle venait de me faire passer pour un piètre sorcier, elle trouvait la manière douce et agréable de rendre ce moment plutôt amusant et surtout excitant. Un peu comme les moments où tu sais très bien qu'il y a quelqu'un qui va te trouver le pantalon aux genoux cacher dans le fin fond d'une ruelle peu éclairé. Tu ne sais pas trop s'il va dire quelque chose ou bien il gardera ça pour lui. Ce sont ces petits moments qui rend le plaisir plus intense, sans le rendre passionnel toutefois. Non ce n'est qu'éphémère et pourtant bien des gens si amusent avec une fille de joie, une conquête d'une nuit ou la personne qu'ils ont passer un temps fou à charmer. En cet instant même lorsqu'elle effleurera ses lèvres contre mon oreille, j'en oubliais la vieille femme près de nous. Tout ce dont j'eus envie c'est de la prendre ici et maintenant, ni plus ni moins. Faire volé tout ces bocaux, détruire la moindre parcelle d'objet en métal et bien plus encore, n'était en aucun cas une contrainte, bien au contraire j'en avais que faire. Ce simple sentiment de sentir nos peaux collées l'une contre l'autre, son souffle soufflant dans mon corps, nos corps qui se crispent et ces sons que l'on laissent s'échapper dans une harmonie commune. « Jeune homme votre aura montre un certain plaisir envers cette jeune dame. Vous devriez vous contrôler un peu plus en ce lieu, je ne tiens pas à ce que ma boutique finisse en bordel. » Sur ces paroles, je déglutis, j'ignorais comment elle avait fait pour voir ça. Quoi qu'elle avait une réputation à tenir. Légèrement embarrasser, je me mis à frotter ma nuque maladroitement. Puis je pris le bocal de poudre de licorne et le tendis à Sage sans même la regarder.
Revenir en haut Aller en bas
Paige A. B. S. Baudelaire
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Dreams can come true
I can't believe you're here
Messages : 330
Date d'inscription : 13/11/2013
Dreams can come trueI can't believe you're here ♥
Voir le profil de l'utilisateurhttp://takeyourpower.forumgratuit.be
le petit mot doux de Paige A. B. S. Baudelaire qui mange un cookie le Mer 11 Déc - 10:03 ► réponds-lui !

Cette situation était des plus cocasses, moi comme lui, attirèrent l’attention de cette femme… en l’entendant lui dire ceci, je me pinçais les lèvres en souriant. Amusée, effarouchée un peu mais tentée. En fait, je voyais à peu près ce que voulait dire cette femme. Je la regardais en souriant. Je rougissais tout de même en prenant la poudre de licorne qu’il me tendait et éprise d’une envie à le taquiner alors que je mettais ma main dans son dos, lui caressant du bout des doigts, cachée de cette femme qui levait les yeux. Elle semblait s’en rendre compte mais je ne me stoppais pas pour autant en fait. Elle retournait dans son ombre tandis que je tournais mon regard vers lui en reculant doucement tout en lâchant mes mains, allant chercher deux ou trois autres choses qu’il me fallait, lui souriant en le regardant par-dessus l’épaule. « A ce point ? », demandais-je alors en me retournant et le regardant attentivement, lui souriant avec un brin de malice. « Seriez-vous libre après… enfin vos achats ? », demandais-je un peu timide sur le coup mais j’avais quand même 3 heures de liberté et même si je pensais aller me balader dans les quartiers défavoriser pour distribuer mes biscuits, je n’avais plus vraiment de programmes dans mon esprit actuellement.

_________________
AND I FALL ON MY KNEES→ And I fall on my knees. Tell me how's the way to be, Tell me how's the way to go, Tell me all that I should know. To evoke some empathy. Danger will follow me now, Everywhere I go. Angels will call on me And take me to my home. Well this tired mind. Just wants to be lead home. Show me all that I could be. Tell me why I feel so low. Well these tired eyes. Just want to remain closed. I don't see clearly, can't feel nothing no. Can't you hear me?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
à la classe New Yorkaise apparement
le petit mot doux de Contenu sponsorisé qui mange un cookie le ► réponds-lui !

Revenir en haut Aller en bas

La vie sous toutes les coutures


Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant Page 5 sur 7

 Sujets similaires

-
» "LA MONTAGNE" sous toutes ses coutures
» L'art sacré tibétain sous toutes ses facettes
» A Vendre : Cartes à dire, Logikevok, Des phrases sous toutes les formes
» Des phrases sous toutes les formes Ortho Edition BAISSE DE PRIX
» Bab Mansour sous toutes ses formes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-